Logo d'Epycure
Aide
Faire mon diagnostic
Comment décrypter les étiquettes des compléments alimentaires ?
Epycure

Comment décrypter les étiquettes des compléments alimentaires ?

20 avril 20217min de lecture

Le nombre de compléments alimentaires présent sur le marché a considérablement augmenté ces dernières années. De ce fait, il est aujourd’hui très compliqué de sélectionner celui ou ceux qui nous correspondent au mieux. D’autant plus que des arnaques se développent : publicité mensongère, allégations trompeuses, efficacité douteuse et slogans mensongers sont courant sur ce marché. C’est pourquoi il faut faire preuve d’une grande méfiance lors du choix de son complément alimentaire. De manière générale, savoir lire les étiquettes constitue un très bon moyen de les choisir et d’éviter ces arnaques. Les informations sur les étiquettes de ces produits sont nombreuses et sont régies par des textes réglementaires européens et français. Certaines mentions doivent obligatoirement apparaître sur le packaging du produit et d’autres sont facultatives ou interdites. On vous dit tout sur les étiquettes des compléments pour que vous soyez en mesure de repérer les informations essentielles et ainsi d’acheter ces produits en toute confiance.

La réglementation des compléments alimentaires

Comme pour tous les aliments, les compléments alimentaires sont strictement encadrés par plusieurs textes européens et français. L’emballage de ces produits doit apporter toute une série d’informations obligatoires pour garantir la protection du consommateur.  

Depuis 2002, les compléments alimentaires disposent d’un cadre réglementaire propre. En effet, la directive 2002/46/CE donne une définition des compléments alimentaires et donne des indications sur leur étiquetage et leur mise sur le marché en Europe. Cette directive a été transposée en droit français par le décret n°2006-352 relatif aux compléments alimentaires. Il prévoit une déclaration des compléments à la DGCCRF (Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes) avant leur mise sur le marché, un étiquetage spécifique, une liste de plantes et d’autres substances utilisables dans ces produits ainsi que les doses journalières maximales pour les nutriments. Le règlement (CE) n°1924/2006 prévoit quant à lui des mentions obligatoires en cas d’usage d’une allégation nutritionnelle ou de santé. Enfin, le règlement (UE) n°1169/2011 garantit la protection du consommateur en imposant un étiquetage précis des compléments alimentaires.

Quelles mentions doivent obligatoirement figurer sur les étiquettes des compléments ?

Comme pour toute autre denrée alimentaire, les indications obligatoires d’étiquetage des compléments alimentaires sont nombreuses. Pour que vous sachiez repérer les informations essentielles sur l’emballage ou l’étiquette de votre complément alimentaire, on vous les a regroupées juste ici. C’est une façon de contrôler la fiabilité du produit voire de la marque qui le propose. Bien entendu, toutes ces mentions doivent être clairement visibles et lisibles sur le pack ou l’étiquette. 

  • La dénomination légale de vente  doit être précisée sur le packaging, c’est à dire que le mot « complément alimentaire » doit apparaître pour qu’il n’y ait aucune ambiguïté quant à la nature du produit que vous achetez.
  • Une indication relative à la nature des actifs utilisés : à base de vitamines, minéraux, plantes, acides aminés, huiles essentielles, etc.
  • La forme du produit : gummies, comprimés à croquer, poudre, gélules, pilules, etc.
  • La quantité nette : pour les produits liquides il faut indiquer la mesure en unité de volume (L, cl, ml) et pour les autres en unité de masse : g, mg. Il est également possible de mentionner le nombre d’unités pour plus de précisions.
  • La date limite de consommation ou date de durabilité minimale doit être précisée sur le packaging pour permettre aux consommateurs de savoir quand le produit risque de  perdre de sa qualité et d’être moins efficace. 
  • Le mode d’emploi : les précautions d’utilisation (femmes enceintes et allaitantes, enfants, interaction possible avec un médicament, …), les conseils d’utilisation (posologie, heure de prise, …) et de conservation (à conserver à température ambiante, à l’abris de la lumière, dans un endroit sec, …) doivent être mentionnés pour assurer la bonne utilisation du produits et la sécurité du consommateur.
  • Le numéro de lot : cette indication permet de regrouper les produits selon un système établi par l’industriel, et facilite ainsi l’identification des produits en cas de défaut, de recherche ou de réclamation. 
  • Le pays d’origine
  • L’adresse et les coordonnées du responsable de la mise sur le marché  
  • Le nom commercial de la société 
  • La liste complète des ingrédients : ils doivent être énumérés par ordre d’importance : les actifs les plus présents dans le produit doivent apparaître au début de la liste. Une indication relative à la nature de ces composants doit être mentionnée (notamment pour les additifs alimentaires : par ex la pectine doit être accompagnée de « agent gélifiant »).
  • Les allergènes : si le produit contient des ingrédients susceptibles de provoquer des réactions allergiques, ils doivent être mentionnés. Ils devront être mis en évidence afin d’être clairement distingués du reste de la liste d’ingrédients. 
  • La quantité journalière recommandée : les quantités des ingrédients sélectionnés doivent être mentionnées par portion journalière recommandée. Elles doivent également être exprimées en pourcentage de l’apport de référence pour une dose quotidienne : par exemple, lorsque l’on consomme 2 gummies qui contiennent 32 mg de vitamine C au total, cela correspond à 40% des apports en vitamine C recommandés sur une journée.
  • Un avertissement contre le dépassement de la dose journalière pour limiter les risques de surdosage. 
  • Un avertissement indiquant que les produits doivent être tenus hors de la portée des jeunes enfants.
  • Une déclaration visant à éviter que les compléments alimentaires ne soient utilisés comme substituts d’un régime alimentaire varié.

Quelles sont les mentions facultatives ?

Les conseils 

En plus de mettre en avant le fait que les compléments alimentaires ne doivent pas être utilisés à la place d’un régime sain, varié et équilibré, les entreprise ont la possibilité de donner des conseils d’hygiène de vie sur les packagings dans le but de renforcer les effets du produit. 

Les allégations nutritionnelles et de santé

Les étiquettes des compléments alimentaires peuvent comporter des allégations nutritionnelles ou de santé qui correspondent aux propriétés particulières d’un complément alimentaire. La communication touchant à la nutrition et à la santé est soumise aux dispositions du règlement européen n°1924/2006. En effet, dès lors qu’une marque souhaite mettre en avant les bénéfices de son produit, elle doit obligatoirement utiliser les allégations autorisées figurant dans ce règlement. Les allégations nutritionnelles concernent toute allégation qui affirme ou suggère qu’une denrée alimentaire possède des propriétés nutritionnelles bénéfiques particulières de par l’énergie qu’elle fournit ou les nutriments qu’elle contient : « riche en … », « source de … », « à teneur réduite en … », etc. Les allégations de santé concernent quant à elles toute allégation qui affirme ou suggère l’existence d’une relation entre un produit alimentaire et la santé : bon fonctionnement de l’organisme, développement et santé de l’enfant, contrôle du poids, etc. 

Quelles sont les mentions interdites ?

Par ailleurs, il convient de faire un point sur les informations qui sont interdites sur les étiquettes ou emballages des compléments alimentaires qui pourraient induire en erreur le consommateur lors du choix de son complément.  Il est interdit d’utiliser une allégation nutritionnelle ou de santé qui n’est pas expressément autorisée dans la règlementation car ces fausses allégations pourraient tromper le consommateur final. De ce fait, les allégations de santé concernant le traitement ou la prévention de maladie sont interdites sauf exception mentionnée dans les règlements cités plus haut. En effet, la consommation de compléments alimentaires, qui repose souvent sur l’automédication, est  fondamentalement différente de celle des médicaments et ne peut donc pas prétendre prévenir, traiter ou guérir des maladies. Enfin, il est strictement interdit de faire référence aux recommandations d’un professionnel de santé et de laisser penser que le consommateur court un risque en ne consommant pas le complément alimentaire.

Petits conseils pour choisir son complément alimentaire

Pour finir, on vous donne quelques tips pour choisir vos compléments alimentaires. Vous pouvez commencer par décrypter l’emballage ou l’étiquette du produit en faisant particulièrement attention à certaines informations. Toutes les spécificités mentionnées plus haut doivent être clairement énoncées. Vérifiez que la mention « complément alimentaire » apparaît bien sur le packaging, tout comme la composition complète du produit, le pourcentage d’ingrédients par rapport aux apports de référence, la dose quotidienne à ne pas dépasser, le numéro de lot, la date de péremption, ou encore le lieu de fabrication. Vous pouvez également vérifier que les conseils d’utilisation et les avertissements sont précisés pour savoir quelles sont les contre-indications et les précautions d’emploi (âge à partir duquel il est possible de faire une cure, grossesse et allaitement, maladie spécifique, etc). Pour plus de sécurité et de traçabilité, choisissez des compléments alimentaires fabriqués en France qui respectent ainsi la règlementation française plus stricte que dans d’autres pays. Vérifiez également que le service client de la marque est situé en France. Il vous sera plus facile de le joindre si vous avez une réclamation à faire ou si vous avez besoin de poser des questions sur le produit. Enfin, si vous souhaitez acheter sur internet, appuyez-vous sur les avis clients disponibles sur le site de la marque pour voir si leurs compléments alimentaires ont bonne réputation. 

Si vous désirez des informations supplémentaires ou si vous avez le moindre doute sur un produit, allez dans votre pharmacie pour vous faire conseiller ou demandez conseil directement à votre médecin traitant. 

 

étiquetage

Références bibliographiques

https://www.economie.gouv.fr/dgccrf/complements-alimentaires-quel-etiquetage 

https://solidarites-sante.gouv.fr/sante-et-environnement/denrees-alimentaires/article/complements-alimentaires 

https://www.synadiet.org/les-complements-alimentaires/etiquetage 

Solène Senejko

Assistante marketing nutrition

Partagez cet article

Si vous voulez être tenu au courant des nouveaux articles, inscrivez-vous à la newsletter