Asthme : Comment mieux respirer avec la naturopathie ?

Asthme : Comment mieux respirer avec la naturopathie ?


L’asthme touche 7 à 15% des enfants et 6 à 7% des adultes. En France, près de 4 millions des personnes sont touchées par l’asthme et 1 000 personnes en meurent chaque année. 


Si la médecine moderne peut diagnostiquer l’asthme de manière très précise, elle ne propose que peu de traitements efficaces aux personnes concernées. Une série d’examens (bilan sanguin, examen de crachats, radiographie pulmonaire, mesure des gaz du sang...) permet de savoir à quel type d’asthme nous avons à faire et son degré de gravité. Toutefois, la cure à base de corticoïdes et d'antihistaminiques s’attaquant uniquement aux symptômes et ne résout pas la cause du problème. La pathologie persiste. 



L’asthme : quels sont les symptômes et les causes ? 


L’asthme est une affection pulmonaire chronique qui est liée à une inflammation des voies respiratoires entraînant leur réactivité à certaines substances. Les personnes asthmatiques sont plus sensibles aux agents irritants comme le pollen, la pollution, les poils d’animaux, le tabac, le stress ou les produits chimiques. 


Le symptôme de l’asthme le plus fréquent est la crise d’essoufflement aigüe. Mais l’asthme peut également se traduire par : une sensation d’oppression au niveau de la cage thoracique, une difficulté à respirer profondément, une respiration sifflante, un essoufflement à l’effort ou une toux qui ne passe pas. 


L’asthme peut être allergique, génétique ou psychologique. 


Il est important de savoir si dans le passé, la personne n’a pas souffert d’eczéma qui aurait été traité par de la cortisone. L’eczéma est l’expression d’un feu intérieur. Si nous cherchons absolument à ce qu’il ne s’exprime pas, le corps cherchera une autre porte de sortie. Et souvent l’eczéma traité par allopathie se transforme ensuite en asthme. 



L’asthme : comment le soulager avec la naturopathie ? 


Coté alimentation 

  • Manger plus de fruits et de légumes verts, frais et bio. 
  • Supprimer tous les aliments acidifiants tels que les viandes rouges, la charcuterie, le café, l’alcool, les produits laitiers, le sucre blanc et sucres rapides, les céréales raffinées, le pain blanc, les produits industriels en général, les fruits et et les légumes acides. Le Gluten est également à bannir. 
  • Favoriser une alimentation anti-inflammatoire riche en oméga 3 à chaîne longue. En absence d’allergie au poisson, en consommer un jour sur deux suffit. Sinon ayez recours au DHA-phospholipide, issu d’œuf de poule (en absence évidemment d’allergie en œuf) ou de l’huile complète de périlla.
  • Corriger les déficits en nutriments essentiels tels que la vitamine A, C et D,  le magnésium, le zinc et les flavonoïdes dont la quercétine qui outre ses propriétés anti-oxydantes et antivirales possède un pouvoir anti-allergique naturel des plus puissants.

Ce rééquilibrage alimentaire peut difficilement se faire seul. Demander de l’aide à un nutri-thérapeute ou un naturopathe. 


S’attaquer à la cause : l’inflammation chronique qui touche les voies respiratoires concerne souvent le reste de l’organisme et en premier la muqueuse intestinale où siège plus de la moitié de notre système immunitaire. Pour restaurer la muqueuse intestinale, il faudra la nettoyer avec de la chlorophylle, reconstruire avec de la glutamine puis renforcer des probiotiques et prébiotiques. 


L’environnement de vie est primordial : Partir vivre à la campagne est une des clés pour voir son asthme diminuer ou disparaître au même titre qu’apprendre à gérer son stress et à exprimer ses émotions. La pratique du sport, sous certaines conditions, diminue le niveau de stress, renforce la musculature thoracique et améliore les fonctions respiratoires cardiaques. Elle doit donc dans aucun cas être totalement arrêtée. 


En accompagnement plus spécifique : 

  • Le boswellia est un anti-inflammatoire puissant. Il inhiberait la synthèse des leucotriènes, médiateurs chimiques de l’inflammation. Son plus ? Elle possède une action universelle au sein de l’organisme : elle rétablit la muqueuse intestinale dans son intégrité et sa fonction, procède de même au niveau respiratoire.
  • La technique de respiration de Buteyko, créée dans les années 1950 en URSS, propose de respirer à un rythme plus lent. Elle aide à éliminer l’hyperventilation et à rétablir un rythme respiratoire normal, réduit les crises d’asthme de manière naturelle. 
  • Le manganèse et le soufre peuvent être de bons moyens de prévention, sous forme de cures : 10 jours par mois, tous les deux mois
    • Manganèse : 1 ampoule un jour sur deux à jeun
    • Soufre : 1 ampoule un jour sur deux à jeun
  • Certaines huiles essentielles ont des effets bénéfiques contre l’asthme comme la bergamote (Citrus bergamia), khella (ammi visnaga) le clou de girofle (Eugenia caryophyllata), l’eucalyptus de fenouil (foeniculum vulgare), le thym (thymus vulgaris à carvacrol). 
  • En homéopathie, l’ipéca, blatta orientalis, cuprum metallicum, arsenicum album, crataegus sont intéressants. 
  • Le shiatsu et l’acupression peuvent également être bénéfiques pour améliorer la qualité de vie si vous êtes atteint d’asthme. 

 

 

Respirez un bon coup. Prenez soin de vous.