Les meilleures plantes pour le sommeil

Les meilleures plantes pour le sommeil

Notre sommeil occupe environ 1/3 de notre temps soit environ 20 à 25 ans de notre vie.

Quand tout va bien, on ne s’en inquiète pas car le sommeil est automatique. Pourtant, nous ne sommes pas tous égaux face au sommeil : il y a les matinaux et les vespéraux, les « petits » et les gros « dormeurs », les « bons » dormeurs et les « mauvais ». Oui, le sommeil est une question de qualité et non de quantité et être en dette avec lui mène souvent à un dérèglement général de notre santé : baisse de l’immunité, troubles de l’humeur, dérèglement hormonal, difficultés d’apprentissage et de mémorisation….

 

D’après l’Institut National du sommeil et de la vigilance, 32% des français déclaraient souffrir de troubles du sommeil en 2009, un pourcentage qui ne cesse de croître à en croire le nombre de personnes venues chercher conseil auprès d’un naturopathe.

 

Depuis des millénaires, l’homme a vanté les bienfaits des végétaux pour remédier à ces troubles et les plantes peuvent être très efficaces lorsqu’elles sont utilisées à bon escient. Petit tour d’horizon de ces bonnes fées du sommeil.


 

Des troubles du sommeil aux causes diverses

Les troubles du sommeil peuvent apparaître dans de nombreuses circonstances : un repas trop copieux, un effort physique intense avant de se coucher, des douleurs physiques, une apnée du sommeil, des préoccupations ou ruminations, du stress ou de l’anxiété ou encore une excitation à la veille d’un événement réjouissant.

La recherche de la cause de ces troubles ainsi que des précisions sur la fréquence, la durée, le moment ou encore la façon dont ils se manifestent – à l’endormissement, par des réveils nocturnes ou un réveil difficile – permettront de cibler justement la plante la plus adéquate.


 

Les plantes expertes du sommeil


La passiflore

La passiflore est une plante grimpante pouvant atteindre 9m de haut, originaire du Pérou et du Brésil. Son nom latin passiflora incarnata, « fleur de la passion » lui a été donné par les Jésuites car ses organes floraux rappellent les instruments de la passion du Christ.

Neurosédative et antispasmodique, les parties aériennes de la passiflore sont traditionnellement utilisées contre l’anxiété avec des signes fonctionnels digestifs bas ( colite spasmodique) ou respiratoires (oppression thoracique due au stress), l’angoisse, le stress, la mélancolie et les troubles du sommeil. 


 

La valériane

La valériane, aussi appelée « guérit-tout » ou « herbe aux chats » est utilisée depuis l’Antiquité pour diverses propriétés, notamment ses vertus sédatives, calmantes et myorelaxantes. Les grecs la recommandaient déjà pour traiter l’insomnie tandis que les Romains l’employaient pour combattre les palpitations et l’arythmie. Grâce à l’interaction de ses composants, elle est utilisée pour favoriser l’endormissement mais aussi en cas de nervosité comme complément d’un sevrage au tabac par exemple.

Précautions d’emploi : déconseillée chez la femme enceinte ou allaitante, chez l’enfant de moins de 12 ans et chez les personnes allergiques aux plantes de la famille des Valérianacées.


 

Le griffonia

Le griffonia est utilisé depuis de nombreuses années en médecine traditionnelle. Originaire d’Afrique de l’Ouest, il pousse naturellement en forêt sous forme de liane ou d’arbuste. 

Grâce à sa richesse en 5HTP, précurseur de la sérotonine, le griffonia joue un rôle essentiel dans la régulation de l’humeur, de l’appétit (compulsions sucrées de fin de journée, grignotages) et du sommeil (troubles de l’endormissement et réveil nocturne).

Précautions d’emploi : Des interactions sont possibles avec tout médicament modulant le niveau de sérotonine. Il est indispensable de consulter un médecin si vous prenez par exemple des antidépresseurs.


 

L’aubépine

L’aubépine est un arbuste épineux originaire d’Europe. Son utilisation traditionnelle l’indique pour préparer le sommeil grâce à  son action sédative et anxiolytique. 

Antispasmodique, elle calme les nerveux et les angoissés et permet également d’atténuer les bouffées de chaleurs liées à la ménopause.

Enfin son action régulatrice du système cardiovasculaire l’indique en cas d’éréthisme cardiaque dû au stress : palpitations et tachycardie.

Précaution d’emploi : en cas de troubles cardiaques, il est indispensable de consulter un médecin. Son utilisation peut avoir un effet potentialisateur sur certains médicaments.