Les bienfaits d’une alimentation à IG bas

Les bienfaits d’une alimentation à IG bas

L’index glycémique (IG) mesure la vitesse à laquelle s’absorbent les sucres, ou glucides, contenus dans les aliments. Un index glycémique élevé signifie que l’ingestion de l’aliment provoque un pic de sucre dans le sang juste après l’avoir consommé, et à l’inverse, un index glycémique faible implique une absorption lente et progressive des glucides. Les études démontrent aujourd’hui qu’une alimentation saine devrait être une alimentation à IG bas. En voici les principales explications :

 

 

À court terme : elle permet de stabiliser nos niveaux d’énergie 


Le taux de glucose (ou sucre) dans le sang doit toujours se maintenir constant. Lorsque nous l’élevons de façon excessive avec l’ingestion d’aliments à IG élevé, l’organisme va réagir en sécrétant beaucoup d’insuline, une hormone qui fait entrer l’excès de sucre dans nos cellules pour qu’elles produisent de l’énergie, et qui le fait donc baisser de façon brutale dans le sang. S’en suit une “hypoglycémie réactionnelle”, le fameux coup de pompe après le repas : forte sensation de fatigue, baisse du tonus, manque de concentration, stress et anxiété, et... envie de sucré. Le sucre appelle le sucre alors attention au cercle vicieux ! 

 

 

À moyen terme : elle limite la prise de poids


Si cette énergie générée par la prise de glucides n’est pas utilisée de façon immédiate, le corps va sécréter une hormone, l’insuline, qui va stocker l’excès de sucre pour des besoins futurs, d’abord dans le foie, ensuite les muscles (à condition d’avoir assez de masse musculaire !) et enfin, sous forme de graisses. Vous l’aurez compris, une consommation trop importante et trop régulière d’aliments à IG élevé favorise la prise de poids.

 

 

À long terme : elle réduit les risques de diabète et maladies cardiovasculaires


L’ingestion régulière et répétée d’aliments à IG élevé, force nos pancréas à produire massivement de l’insuline. Peu à peu, il risque de s’épuiser, conduisant de cette façon au développement de pathologies comme le diabète de type 2, et à la hausse des risques cardiovasculaires et maladies inflammatoires chroniques.




En pratique : 

Fuyez les produits ultra-transformés contenant trop de sucres rapides cachés, consommez des céréales et farines complètes et veillez à toujours avoir un apport de fibres, protéines de qualité et bonnes graisses dans votre assiette. Elles ralentissent toutes la vitesse d’absorption du sucre, et donc abaissent l’IG de votre repas.

 

 

Sources : Le nouveau Régime IG, Angélique Houlbert et Elvire Nérin