Rencontre avec Théo Brunais Le Pautremat, co-fondateur de Fils de Pømme

Rencontre avec Théo Brunais Le Pautremat, co-fondateur de Fils de Pømme

Issu d'une lignée d'officiers de la Marine française 🎖 , perpétuer la tradition familiale cidricole sonnait un peu comme une évidence. Après une licence Économie-Gestion à Paris, c'est lors de son master en finance et business effectué à Shanghai, que Théo démarre l'aventure Fils de Pømme avec son associé Valentin. Découvrez le portrait de Théo Brunais Le Pautremat, co-fondateur 🍺  .

 

 

 

Hello Théo, peux-tu nous raconter brièvement ton parcours ?

J’ai fait une licence Économie-Gestion à Paris, puis j’ai intégré Audencia à Nantes. Ensuite je suis rentré chez L’Oréal en marketing International et j’ai fini par faire un Master en Finance et Business à Shanghai. Je me suis d’ailleurs directement lancé dans l'aventure entrepreneuriale pendant ma dernière année d’études avec mon associé Valentin. 

 

 

Qu’est-ce que t’apporte Fils de Pomme au quotidien ?

D'abord, beaucoup de fierté d’avoir, avec notamment d’autres acteurs du secteur, redonné au cidre ses lettres de noblesse et surtout réussi à valoriser ce savoir-faire exceptionnel à l’étranger où nous exportons déjà (Australie, Japon, Mexique, Hong Kong etc.). 

    Mais aussi beaucoup de bonheur, car nous avons le plaisir de travailler dans un secteur qui nous passionne et de rencontrer des gens fascinants et passionnés par leur métier, avec qui on rigole beaucoup... Ce qui n’empêche pas d’être très sérieux sur la qualité de nos produits et soucieux sur les résultats. Nous avons vendu près d’un million de bouteilles en 3 ans et demi à seulement deux, sans faire de la grande distribution et en se lançant avec 5000chacun. Soit l’équivalent de deux Twingo d’occasion. 



    Comment as-tu eu l’idée de (re)mettre le cidre sur le devant de la scène ? 

    Je suis issu des Kermasson de Kérisel, une lignée d’officiers de la marine nationale, qui ont depuis 2 siècles pour tradition de produire du cidre. Un héritage dont ma grand-mère, pas peu fière, a beaucoup insisté pour que je perpétue cette tradition familiale. 

    Nous avons travaillé, pendant 1 à 2 ans chaque recette avec notre maître de chais. Un personnage en or et surtout complètement allumé, qui nous a fait confiance dès le début et grâce à qui nous avons été élus deux fois Vice-Meilleur Cidre au monde !! Une belle récompense pour nous... 

     

     

    Produire en France, c’était une évidence ?

    C’était impensable pour nous d’avoir une marque autant engagée avec de vraies valeurs et ne pas privilégier le 100% français. Certes cela coûte plus cher, mais la qualité n’a absolument rien à voir. De plus, nous utilisons des variétés bien spécifiques à la production du cidre qui existe depuis plusieurs siècles. 

     

     

    Comment avez-vous choisi vos ingrédients ? 

    Nous travaillons avec des chefs étoilés, des institutions comme la Grande Épicerie de Paris ou, pour l’anecdote, l’Assemblée Nationale ;) Cela nous oblige à rester extrêmement scrupuleux sur l’origine et la qualité de nos produits. 

    Nous avons fédéré un réseau d'agriculteurs fantastiques, qui ne vivent que pour l’amour porté à leurs fruits. 

     

     

    Niveau alimentation, quelles sont tes règles d’or ?

    Je suis un bon mangeur, donc je ne suis pas tellement regardant sur la quantité. Ma seule règle demeure le plaisir. Toutefois, je privilégie toujours la qualité, et au maximum le local et le bio. 

      Concernant l’alcool, je me limite au cidre la semaine, ces polyphénols, sa faible teneur en sucre et son alcool limité en font une alternative festive de qualité qui ne met pas à mal les lendemains. Le weekend, j’admettrais que le cidre est souvent grimé en cocktail. Je vous recommande de tester, c’est original et délicieux.

      (cf recette ci-dessous) 

      Cocktail à base de Cidre THE PONEY SHOOT 

      3cl de sirop de Gingembre - 1 cuillère à café de miel - 1/3 de cuillère à café de curcuma - 8cl Cidre Bio Le Sauvage - 5cl Gin -1/2 Citron Vert - 6 graines de poivre de Kâmpôt (pour assimiler le curcuma) -

      Déco : fines tranches de concombre et en bonus : 2 dash d’Angustora 

       Pourquoi le « Poney Shoot », parce qu’avec ça vous pouvez réveiller un poney endormi et passer des apéros homes festifs de qualité. 

       

       

      Quelle est ta routine bien-être ?

      Étant très énergique, même parfois trop, j’ai besoin de me calmer dès le réveil. J’ai trouvé comme solution : 10 minutes de méditation quotidienne. On se moque d’ailleurs beaucoup de moi sur ce sujet, mais cela me fait beaucoup de bien. 

        Vous serez surpris de voir, d’ici peu, à quel point la méditation sera bientôt encouragée en entreprise. 

         

        Comment fais-tu pour garder la forme ?

        Je fais beaucoup de sport, rugby avant et maintenant je suis passé à la boxe et je compte me mettre à la lutte. 

         

         

        As-tu un objet feel good (celui qui te rend le plus heureux au quotidien) ? Peux-tu nous raconter son histoire ?

        C’est ma gourde, je l’ai stickée de tous les côtés, elle est splendide. J’en profite pour rappeler à quel point, c’est exaspérant cette profusion de bouteilles en plastique. Alors qu’il suffit de se lever pour se servir un verre d’eau au robinet, ou d’une gourde si l’on est en déplacement. S’il s’agit d’un prétexte de qualité de l’eau, il existe des solutions comme le charbon, les perles de porcelaine etc !

         

         

        Un conseil pour ceux qui veulent se lancer ?

        Foncez, vous n’avez rien à perdre, donc tout à y gagner. L’entrepreneuriat est une belle opportunité pour s’accomplir. C'est aussi grandir et apprendre beaucoup plus vite. Faites-le sur un sujet qui vous porte et qui fait sens avec vos convictions. Essayez d’y intégrer l’humain au maximum et travaillez sans limite... Pour finir, ne pas avoir peur de tout remettre en question. C’est essentiel pour avancer ! 

         

         

        Pour finir, si tu devais être une vitamine, une plante ou un minéral, lequel serais-tu ?

        Je dirais le Moringa, Ses feuilles contiennent mille vertus. La graine peut constituer une réponse dans la lutte contre la malnutrition. En termes de culture, le Moringa présente aussi l’avantage qu'en quelques mois, on obtient déjà un arbre de deux mètres. 


        Retrouvez leurs créations

        Nous travaillons surtout avec les bars, restaurants et hôtels. Néanmoins vous pouvez nous retrouver à la Grande Épicerie du Bon Marché ou encore dans vos épiceries biologiques comme Naturalia etc ! 

        Visitez leur site web : https://fils-de-pomme.com/