Les régimes : des facteurs déclencheurs d'anorexie et de boulimie

Les régimes : des facteurs déclencheurs d'anorexie et de boulimie

 

En cette période estivale où les régimes sont rois. On ne parle plus que de « l’objectif bikini » et de « comment perdre les 2 ou 3 kilos pris pendant le confinement ». Comme expliqué dans l’article « Pourquoi les régimes ne fonctionnent-ils pas », les régimes ne sont pas bénéfiques pour la santé mentale et physique. Ils peuvent notamment conduire à des troubles du comportement alimentaire, qu’on appelle plus rapidement TCA, à savoir l’anorexie et la boulimie, deux maladies non négligeables. 



L’anorexie et ses causes psychologiques 


D’un point de vue médical, l’anorexie est un symptôme qui correspond à la perte d’appétit. Ce symptôme peut être temporaire tout comme il peut devenir chronique. 

L’anorexie mentale est le rejet de toute nourriture avec une phobie de la prise de poids et/ou de prendre trop de place. 


Cette peur de grossir qui devient obsessionnelle peut avoir de multiples causes : 

  • La personne a peut-être eu plus jeune une relation difficile avec une personne de son entourage qui était en surpoids.
  • Elle a pu lancer une interprétation négative en lien avec les personnes en surpoids.
  • Elle croit que pour être belle, il est impératif d’être mince. 

La peur de prendre trop de place peut, quant à elle, se retrouver chez des personnes qui ont eu, enfant, le sentiment de ne pas avoir leur place au sein de la famille. La peur de déranger qui peut rejoindre un sentiment de dévalorisation. Une profonde culpabilité de vivre est présente souvent chez des personnes qui se sont senties abandonnées, rejetées ou encore non aimées. 


D’après Jacques Martel, auteur du « Grand dictionnaire des malaises et des maladies », l’anorexie est fondamentalement le besoin de combler un vide intérieur de nourriture affective. Le sujet a besoin de l’amour et de l’acceptation inconditionnelle de sa mère. Bien que l’anorexie se retrouve le plus souvent à l’adolescence, celle-ci existe aussi chez le bébé et chez le jeune enfant ou encore l’adulte. 


L’anorexie, contrairement à l’obésité est la tentative de faire mourir de faim un vide intérieur pour le rendre tellement petit qu’il disparaîtra et qu’il ne demandera plus rien du tout. 


Chez le garçon, accepter graduellement sa féminité ou son caractère intuitif et émotif est essentiel afin de régler son état anorexique. 



La boulimie et ses causes psychologiques


La boulimie se caractérise par une ingestion importante de nourriture dans un temps très limité et jusqu’à l’inconfort gastrique. Elle peut conduire ou non la personne à se faire vomir par crainte de grossir. 


Ce trouble exprime souvent un vide, un manque dont l’origine se retrouve dans les sentiments d’abandon, de ne pas être aimé ou encore de rejet. 


D’après Jacques Martel, la boulimie présente les mêmes causes intérieures que l’obésité et l’anorexie. Le sujet mange avec excès pour se satisfaire complètement ou retrouver une forme d’amour et d’affection. La nourriture symbolise, en effet, la vie, l’amour et les émotions. Le ou la boulimique essaie de combler émotionnellement un profond vide à l’intérieur de lui, une haine de lui si grande telle que le dégoût ou le mépris qu’il souhaite remplir ce vide à tout prix. Il préfère se laisser dominer par la nourriture, la vie, plutôt que de s’ouvrir à la vie. 



Anorexie & boulimie, comment en venir à bout ? 


L’anorexie et la boulimie sont toutes les deux une forme d’autodestruction qui peut être motivée de façon inconsciente par une culpabilité de vivre. 

Il est donc nécessaire de libérer la mémoire émotionnelle du patient, le conflit générateur de tel symptôme, afin qu’il revienne à un équilibre alimentaire et retrouve une santé aussi bien physique et mentale. 


Il est important de bien différencier l’élément déclencheur et la cause de la maladie. L’anorexie et la boulimie sont des maladies sous-jacentes. Elles naissent d’un malaise d’enfance et peuvent parfaitement rester endormies pendant plusieurs années sous le contrôle de la personne. Un élément déclencheur va les réveiller tel que la mise au régime. Il est donc important de rester vigilant les phrases telles que « faudrait que tu perdes du poids » ou « tu as maigri c’est bien » ne sont pas à prendre à la légère. Ils peuvent avoir plus ou moins d’impact en fonction de la personne en face de vous. 


Dans tous les cas, l’anorexique et le ou la boulimique sont deux sujets sensibles qu’il est important de respecter. Ce n’est pas parce que la maladie ne se voit pas physiquement qu’elle n’est pas douloureuse. 



Anorexie et boulimie, des causes scientifiques ?


L’équipe de Sergueï Fetissov de L’Inserm a étudié les liens entre l’intestin et le cerveau sur le trouble du comportement alimentaire comme l’anorexie et la boulimie. Selon cette étude, une protéine bactérienne appelée CIpB pourrait être en cause dans l’apparition de ces troubles du comportement alimentaire.